Asexualité, et si c’était une maladie ?

Peut-être que vous avez déjà entendu parler d’association d’asexuels et vous vous demandiez ce que c’est et quels en sont les objectifs. Il faut reconnaître qu’on parle assez rarement de l’asexualité et il y a fort à parier que beaucoup de personnes n’en ont jamais entendu parler ou ignorent de quoi il s’agit. Pour le dire simplement, l’asexualité est une orientation sexuelle basée sur l’absence de désir sexuel. En principe, un asexuel ne choisit pas volontairement à le devenir, il l’est, un point c’est tout.

Est-ce une pathologie ?

Un asexuel n’est nullement attiré par le sexe, de quelque manière qu’on le présente. Il n’est pas du tout intéressé par la question, ni intellectuellement et encore moins par les actes. Les asexuels n’éprouvent pas d’élan pour la personne de l’autre sexe, ils ne cherchent jamais d’occasion d’avoir des rapports. Ils ne cherchent pas non plus à séduire et n’espèrent pas qu’on les séduise. Ils sont complètement désintéressés par la question, c’est dans leur personnalité. Selon les sexologues, l’asexualité n’est pas du tout une pathologie et n’est classée dans aucune catégorie des maladies psychiatriques. C’est clair, l’asexualité n’est pas une maladie et tout semble montrer que les asexuels mènent une vie normale, comme tout le monde.

Est-ce possible de vivre sans sexualité ?

La présence de ces associations d’asexuels prouvent, s’il en faut, qu’il est possible de vivre sans sexualité. C’est vrai que dans notre monde gorgé de sexe, pour certains, il peut être impensable de concevoir qu’il existe des personnes qui n’éprouvent aucune attirance pour le sujet. De plus, il ne faut pas confondre asexualité avec abstinence parce que les abstinents volontaires peuvent ressentir du désir mais ne passent pas à l’acte. Or, pour les asexuels, c’est une absence totale de désir et c’est un état permanent et non passager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *